dimanche 23 mars 2014

LES FEMEN SONT DES SAUCISSES CADAVÉRIQUES

Les FEMEN sont des coches hystériques en quête de sauce au coq. Délire inaccessible de cloches décidément trop plates...

Ce sont des tribades dégénérées adoratrices de leurs propres cloaques voués à la perversion du siècle et à la stérilité satanique. Elles scient des croix à la tronçonneuse comme elles trancheraient ces phallus nôtres qui les fascinent tant mais qu’elles haïssent et jalousent car ils leur rappellent leur condition de pondeuses apolitiques.

Ces petites morues décadentes refusent la loi génésiaque consistant à fermer leur gueule d’écervelées et à ouvrir leur hymen consacré à la mise au monde de mâles supérieurs.

A la sage soumission à la cause divine elle préfèrent les ivresses rances de l’amour contre-nature : elles fuient les sains phallocrates et hautains aristocrates de mon espèce pour se vautrer dans le purin lesbienno-dupontesque à la portée de leurs tripes de grognasses et cervelle de porcines.

Réduites à l’état de viandes hurleuses profanatrices d’autels religieux -qu’elles associent à nos temples séminaux-, ces andouilles fumées aux idéologies infernales sont des parodies involontaires de nos stupéfiants et admirables sexes masculins, mais en versions flasques.

Les FEMEN sont des saucisses molles accoucheuses de cadavres. Des génératrices de bébé morts. C’est à dire de mensonges.

Le ventre de ces génitrices du diable enfante le néant.

Ce sont les mères de la fausseté.

Avec leurs menus nichons nus fièrement arborés pour principal étendard, il n’est pas plus ridicule ni plus déplacé de sortir nos zobs bien tendus sous leur nez en guise de drapeaux !

Moi je dis que la vérité divine en cette époque troublée est magistralement incarnée par nos magnifiques sceptres dressés à la gloire de notre supériorité virile et non par les piètres mamelles de ces grogneuses cochardières, de ces charcuteries vulgaires, de ces connes “cornichones” de FEMEN.

Qui est Raphaël Zacharie de IZARRA ?